top of page

1/ Regard sur la spiritualité

Dernière mise à jour : 5 oct. 2022


Compréhension et paradigme


Premier point


La question et le chemin de ce qu’on appelle « l’éveil » prend toujours postulat autour de la compréhension que l’on a du monde et du paradigme qui le constitue, qu'il soit physique et/ou spirituel. Ainsi, il n’est pas un éveil, mais des éveils. Certains sont normés en fonction du cadre dans lequel on évolue, d’autres sont personnifiés et spécifiques à chacun.


Néanmoins, il semble qu’il y est un postulat qui soit commun et irréfutable : tout ce qui constitue notre réalité, notre monde est issu de la terre et la terre de l’univers. Ainsi, nous sommes une espèce endémique à la terre au même titre que tout ce qui y vit et s’y développe. La terre étant elle issue de l’univers et de son évolution.


Même en prenant un postulat divin qui consiste à établir que l’homme et la terre sont créés par « Dieu », il n’empêche que tout ce qui y vit ne peut en être dissocié. Il y a un fil conducteur universel…nous sommes et venons tous de ce monde…

Pour illustration, la célèbre photo prise par la sonde voyager et la remarque de Karl Sagan : tout ce que l’humanité a comme histoire, se tient sur ce petit point bleu.


Cependant, dans notre société, l’humanité a subi une forme de distorsion de sens et d’objet. En effet, la question du sens d’où l’on vient fut largement modifiée, transformée dans le cadre des croyances culturelles et historiques. Ainsi, les cultures monothéistes, dans leurs enjeux d’une explication d’un tout unifié, créèrent une version du mythe du divin. N’ont pas au sens où la pluralité formerait une unité, un divin, mais bien l’inverse. C’est parce qu’il y a le divin que vient la pluralité. Ainsi, l’enjeu n’est plus d’être dans la pluralité, mais bien de rejoindre le divin. Et comme ce Divin créa l’homme à son image... il est normal que de vouloir le rejoindre. Le divin devient une quête de l’égo. Ce mythe nous aura amené à nous extraire de notre environnement. Nous n’avions plus à y vivre, mais bel et bien à créer et à l’adapter à notre quête du divin et finalement à notre égo.


Ainsi, vouloir penser autrement signifie arriver à sortir de ce schéma. Cela revêt un véritable challenge au regard du fait que nous sommes constamment confrontés dans notre quotidien à ce bagage culturel. En tout cas, le premier pas résidera dans la prise de conscience que nous faisons partie d’un tout pluriel. Qu’à ce constat toute chose à autant de valeur que moi et par conséquent je dois faire avec et vivre en harmonie avec le monde qui m’entoure.


Deuxième point


Par ailleurs, les croyances et chemins portant la question de l’éveil spirituel introduisent les notions de monde invisible, de paradis, d’enfer, d’énergie, d’âme, de réincarnation, de chemin karmique… il n’empêche que cet ensemble répond avant tout à l’enjeu d’une incarnation réussie. Parce que je suis épanoui, heureux en phase que je peux percevoir ou avoir accès à...

Ne sommes-nous tous pas à la recherche d’un chemin de vie ? pourquoi, quel but ? le paradis ? le nirvana ? finalement, ne serait-ce pas juste être heureux dans son incarnation, être en équilibre entre un monde intérieur et un monde extérieur ?


L’idée ici, n’est pas de nier un monde plus vaste composé d’énergie, de vibration ou d’âmes. Il s’agit d’indiquer que pour s’ouvrir à l’écoute du monde dans son entier et en conscience, il est important avant tout de s’y connecter et de rechercher un équilibre entre notre monde « intérieur » et « extérieur ».

Nous avons tous des histoires particulières, des cultures, des croyances. Il s’agit de notre monde intérieur. Nous cherchons tous à comprendre, à nous connecter à ce qui nous entoure, des réponses, nous interagissons avec les autres, nous attendons d’eux qu’ils soient dans notre réalité ou dans notre univers de croyances. Il s’agit du monde extérieur.

Si nous penchons plus vers l’un ou vers l’autre, nous ne pouvons appréhender sereinement notre rapport au Tout.

Ainsi prendre le chemin d’un éveil implique un travail d’équilibriste entre notre recherche d’introspection et notre capacité à être en lien avec les autres et à ce qui nous entoure sans aller à l’encontre de notre intégrité. R.Erskine parle par exemple d’adulte intégré.

Dans le parcours, cette notion d’intégration et de compréhension du soi, pour soi et en lien avec les autres est un pré-requis fondamental pour s’ouvrir pleinement et en conscience au monde. Ainsi, l’on peut, d’une certaine manière, sortir d’une logique de croyances pour entrer dans l’expérience.

Même si cette articulation n’est pas linéaire, il est important de la garder à l’esprit.

Pourquoi est-ce si important ? D’une part, pour être bien avec soi-même, d'autre part, chaque découverte et nouvelle expérience va venir mettre en mouvement cet équilibre. Il est donc important d’être rompue à l’exercice.




14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page