top of page

10 / Changer de regard et d'espace


Voici une réflexion sur l’écologie et la manière dont nous pouvons prendre conscience de notre impact sur la planète mettant en question notre survie sur celle-ci.


Aucune espèce individuellement n’a la capacité de voir les effets de son mode de vie à l’échelle planétaire. Que cela soit en termes d’espace ou de temps.

Aucune ? vous pourriez me dire que l’Humain aujourd’hui le peut ! mais si l’on regarde au travers de son histoire, notre « conscience mondialisée » n’est que très récente et encore, elle ne concerne qu’une certaine partie de la population.


Beaucoup de personnes ne prennent pas la mesure de ce qui se joue actuellement et de la manière dont leurs comportements viennent mettre à mal la survie de leur espèce.


Notre modèle de société et économique s’inscrit sur l’acquisition et la propriété. Et cela est normal au regard de notre capacité intellectuelle. Nous pouvons modéliser et créer un habitat permettant notre développement. Cependant, comme pour toutes espèces invasives, il est difficile de trouver une régulation par nous-même et aujourd’hui cela nous met en grave danger.

Ainsi, notre incapacité à prendre conscience au-delà de nous-même et notre fabuleuse intelligence nous mettent en position de péril. Nous sommes pris au piège de nous-même.


Comment faire pour en prendre la mesure quand je suis au super marcher, quand je change de chaussures ou quand je pars en vacances ? après, tout, JE dois m’habiller, j’ai LE droit aussi de changer d’air parfois, pourquoi ne pas avoir LE droit d’être beau ou belle au regard des autres ?


Nous vivons à l’aube d’un changement de conscience. Il ne s’agit pas de devenir des êtres spirituels ou éveiller, mais bien de prendre conscience de notre mondialisation. Intégrer notre perception des choses à une plus grande échelle, prendre conscience que nos actes ont une résonnance bien plus grande que notre seule personne ou entourage.


Cela implique d’être capable de changer une chose vraiment inscrite depuis des millénaires en nous, de rebattre les cartes par rapport à comment nous nous situons. Nous devons changer d’échelle et devenir une espèce « galactique ».


Je ne parle pas de partir conquérir l’espace, mais de faire évoluer notre conscience, notre représentation au-delà de notre Terre.


Je m’explique, personne n’a envie de vivre dans une maison salle, ni dangereuse. C’est pourquoi, nous prenons soin de notre maison. Les déchets sont donc évacués et partent dans un monde magique. Notre représentation reste locale et égocentrée. Dans ce sens, il nous est foncièrement impossible de prendre une mesure plus grande. Et cela est normal car tout dans notre histoire nous amène ce regard sur et au travers de nous. Nous pourrions dire que l’exemple des sciences nous amène à penser le contraire, mais si l’on regarde bien, la science est bien une logique qui se développe en résistance de ces représentations. Certains ont brulés pour cela.


Pourtant la solution est simple et pour ma part elle se situe sur deux expressions/représentations que nous utilisons chaque jour de nos vies : Le coucher du soleil/ le lever du soleil.


Ces deux expressions sont le reflet de notre regard sur le monde nous empêchant de voir autrement notre place.


L’ensemble de nos représentations sur le monde sont ego-centrés, nous ne pouvons prendre la mesure du plus grand. Pourtant, dès lors que l’on change ce regard, nous pouvons prendre conscience de la fragilité de notre habitat et ainsi, comme notre maison, en prendre soin.


Voici la clef: le soleil ne se lève pas, il ne se couche pas, c’est nous qui tournons et bougeons. Le soleil ne se lève pas à l’Est, mais nous roulons vers l’Est.


Prenons un temps pour l’intégrer, changeons cette simple représentation. Ainsi, demain matin, pensez juste que nous sommes en train de faire face au soleil. Au crépuscule, prenez conscience que nous faisons face à l’immensité de la nuit. Cette notion de mouvement, de vaisseau change tout. Votre regard sur la lune aussi changera. Vous prendrez la mesure de notre planète, de sa fragilité et il sera évident d’en prendre soin.


27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page